Retour sur SOUS LA CHAIR de Léa Dant

Hier soir j’ai vu un spectacle sur la féminité, un hommage sans détours à la femme et à toutes les femmes. Hier soir j’ai vu des scènes, des images percutantes d’une grande plasticité et d’une grande authenticité. Hier soir j’ai vu des symboles, des couleurs, des squelettes, des sexes, des corps, de la tendresse, de la brutalité.

3.jpg
©Céline Fouchereau

25.jpg
©Céline Fouchereau

Mais surtout, ce que j’ai vu hier soir, j’ai vu quatre femmes, je les ai vu car elles se sont livrées à moi, à nous. Elles nous ont raconté qui elles étaient, leurs opinions, leurs désirs, leurs peurs parfois. Elles m’ont bousculée, chamboulée, interloquée et c’est avant tout ce que j’attends d’un spectacle : ne pas en sortir indemne et avec plus de questions, d’images et de sensations nouvelles en moi.

4.jpg
©Céline Fouchereau

Peut-être, sûrement, que ma participation au projet DE FEMME À FEMMES, porté par Léa Dant, modifie mon regard. Parfois je crois voir dans leurs yeux ce qu’il y avait dans les nôtres : de la bienveillance, de l’amour, de la proximité avec celles qui étaient pour moi, des inconnues. Nous étions 20 et nous n’avions que 3 jours ensemble... (Lire l’article de femme à femmes).

24.jpg
©Céline Fouchereau

49.jpg
©Céline Fouchereau

Je suis touchée, je suis émue. Elles ont osé, toutes les cinq, aller jusqu’au bout d’elles-mêmes. Elles avaient des messages à faire passer sur la place de la femme mais aussi sur ce qu’on peut ressentir, de l’intérieur, à être femme. Et elles se sont complètement dévoilées pour eux. Je les ai pris, je les ai accepté, je n’étais pas toujours en adéquation avec eux, mais c’est ça aussi la diversité et la liberté ! Ne pas toujours chercher à faire consensus et aller jusqu’au bout de son projet, artistiquement et humainement. En effet la production de ce spectacle n’a pas était simple. Peu de partenaires, pas encore d’autres achats pour plus de trois années de création. Je suis impressionnée par ce parcours et cette ténacité et déçue qu’aujourd’hui encore les salles de spectacle n’osent pas oser autant qu’elles. Non ce spectacle ne plaira pas à tout le monde. Non il ne divertit pas. Oui il pourra choquer. Et oui il ne laissera pas indifférent et permettra, j’en suis sûre, la discussion entre les personnes qui auront vécu ensemble ce moment rare.

IMG_1557.jpg1.jpg
©Céline Fouchereau

Vu le jeudi 17 mai 2018 à l’Atelier 231, Centre National des Arts de la Rue, à Sotteville-lès-Rouen. En co-accueil avec le CDN Normandie :

Compagnie Théâtre du voyage intérieur
conception et mise en scène Léa Dant
chorégraphe associée Annie Gagnon (Montréal)
scénographie Vincent Gillois
œuvres plastiques Jennifer Mackay (Rouen)
création vidéo et lumière Stéphane Bottard
avec Laetita Favart, Anne Journo, Mélodie Marcq, Wilda Philippe

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : https://curieuxmouvement.tinad.fr/trackback/1051

Fil des commentaires de ce billet