Acte de pesanteur - Pour "Jusqu'au Soir" de la Presque Compagnie

« Ce souci permanent de la légèreté, cette trouille visqueuse d’être pris en flagrant délit de pesanteur » ( Lola Lafon, Nous sommes les oiseaux de la tempête qui s’annonce).
C’est là la grande force de Charlotte Rousseau : pas ce souci, pas cette trouille, pas de détours dans ses propos, ses actes artistiques.

_M5A9153 © Arnaud Bertereau .JPG, nov. 2021 ©Arnaud Bertereau

Si j’attends, si j’espère sortir d’un spectacle bouleversée, ce terme m’apparaît si faible pour évoquer mes sensations lors et à la sortie du spectacle Jusqu’au Soir. Et jusqu’à aujourd’hui encore.
Ces corps, ces vies traumatisées m’ont glacée. Tendue jusqu’au bout des doigts refermés sur mon ventre, bouclier pour tenir, jusqu’au bout. Fausse protection.

JUSQU'AU SOIR 3©charlotteRousseauLD.jpeg, nov. 2021 ©Charlotte Rousseau

J’ai des flashs de ces corps. Ils chutent. Se relèvent. Chutent encore. Se révoltent. Comme ces pantins, jouets que l’on s’amuse à désarticuler par un coup de pression des pouces sur leur socle. Socle, base, a priori sur lequel on se fonde, sur lequel on croit pouvoir compter avant la chute.

JAS_M5A9200 © Arnaud Bertereau .JPG, nov. 2021 ©Arnaud Bertereau

Et je revois leurs sourires dans leurs merveilleuses, terribles tentatives de danser, pour la joie splendide d’être et de se retrouver. Pour résister, surtout. Je revois la flamme, dans leurs yeux, dans leurs corps et sublimée par une interprète, une des femmes métamorphosée pour la survie. Une flamme, une femme puissante, vacillante…

_M5A8725 © Arnaud Bertereau .JPG, nov. 2021 ©Arnaud Bertereau

C’est un spectacle sur la solitude. Non sur l’amour. Sur l’abandon. Sur les liens. Sur la force, la rage oui et sur les faiblesses aussi. Non, les fragilités.

Alors tenir jusqu’au bout ? Oui mais quel bout ? Vers quel final ? Ce qu’on nous dit, nous envoie en pleine face, c’est qu’il n’y a pas de fin au traumas, pas de retour en arrière.
Alors ?
Alors OUI, je danse encore. Mais OUI, je danse encore. Pour quoi ?

Pour dire, mais vivre. Pour faire acte, et parfois, acte de pesanteur.

À relire (en lien, il me semble) : « sans contact, la chute » & Petite ode à la fête

JUSQU'AU SOIR ©charlotteRousseauLD.jpeg, nov. 2021 ©Charlotte Rousseau


DISTRIBUTION

Création musicale, visuelle et chorégraphie :
Charlotte Rousseau

Danseuses : Ambre Duband, Eléonore Guipouy, Tésia Peirat, Charlotte Rousseau, Jeanne Stuart.

Régie : Hélène Lefrançois (lumières) Jérome Jeans (son)

avec le soutien de Rémi Cassabé (résidence de création)

Production : La Presque Compagnie

Co-production et aide à la création : l’Etincelle, théâtre(s) de la ville de Rouen, le théâtre de l’Arsenal de Val de Reuil et la Maison de l’Université de Mont Saint Aignan.

Avec le soutien du Ministère de la Culture / DRAC de Normandie, de la Région Normandie, du département de la Seine Maritime, de la Ville de Rouen et de l’ODIA Normandie.

"JUSQU’AU SOIR" reçoit aussi le soutien de l’Etincelle, Théâtre(s) de la ville de Rouen, de 2 Angles à Flers, de l’Arsenal de Val de Reuil, du Théâtre le Rive Gauche de Saint-Etienne du Rouvray, du CNDC d’ANGERS, de la compagnie Beau Geste/Dominique Boivin (accueil studio dancing), de la MDU de Mont Saint Aignan, du Volapük de Tours et de l’ODIA office de diffusion de Normandie

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : https://curieuxmouvement.tinad.fr/trackback/1122

Fil des commentaires de ce billet